Articles

Dimanche 1 Août 2010 Départ pour le JAPON

6 heures 15 heure du Japon, rangement des tablettes, préparation pour l’atterrissage, ça fait bazars de descendre, nos oreilles ce bouche. Le sol se rapproche, nous voyons le sol, la piste apparaît et l’avion ce pose sans encombre. Nous sommes à Narita, direction la douane, prise des empreintes et photographie du visage. Nous avons remplis les papiers de police, une déclaration d’identité, le but de notre voyage, …

Nous retrouvons notre guide Pascal et direction le « Shinguku prince hôtel », il nous faut 1 heure 30 de bus. 9 heures nous sommes arrivé à l’hôtel. Il est super grand très beau mais nous laissons juste nos valises sur places et direction SHIBUYA. On aurais aimé prendre une douche mais bon. Petite visite guidée de SHIBUYA, achat de notre carte SUICA pour le métro.

Plus d’information sur SHIBUYA:

« Shibuya est un des 23 arrondissements formant Tōkyō, au Japon. L’arrondissement a été fondé en 1932. La population de l’arrondissement est de 208 371 habitants pour une superficie de 15,11 km² (2008).

En même temps qu’au nom de l’arrondissement, le nom Shibuya se rapporte à la gare et au quartier d’affaires autour de la gare également. La gare JR Esttour 109 qui renferme une centaine de boutiques consacrées aux dernières tendances de la mode. Shibuya est une des plus occupée dans la région de Tokyo. L’arrondissement de Shibuya est connu comme un centre de la mode et c’est un quartier bien animé. Un symbole de ce quartier pour les jeunes est la.

En plus du quartier Shibuya, il y a d’autres quartiers importants dans l’arrondissement de Shibuya : Daikanyama , Ebisu, HarajukuHiroo, Sendagaya, Omotesando et Yoyogi. » (原宿). »

Statue de Hachikō à Shibuya

Histoire d’ HACHIKÖ:

« Hachikō (ハチ公 ; 10 novembre ou 12 décembre 1923 – 8 mars 1935) est un chien Akita, célèbre au Japon pour avoir continué tous les jours à attendre son maître à la gare de Shibuya , près de dix ans après la mort de ce dernier.

En 1924, un professeur du département d’agriculture de l’université impériale de Tōkyō (l’actuelle université de Tōkyō), Hidesaburō Ueno, achète un chien et lui donne le nom de Hachikō (Huit en japonais, car c’était le huitième chiot de la portée, le suffixe rattaché au nom étant un terme affectueux). Lorsque le professeur Ueno se rend à l’université, Hachikō l’accompagne tous les jours jusqu’à la porte et parfois jusqu’à la gare de Shibuya. L’emplacement de la maison où résidait Hidesaburō Ueno serait dans les environs du siège social de la compagnie Tokyu Department Store Co.

Le 21 mai 1925, Hidesaburō Ueno meurt au travail, d’une attaque d’apoplexie. Cependant Hachikō continue de se rendre tous les jours à la gare de Shibuya pour attendre son retour. Hachikō est rendu célèbre quelques années plus tard par un article du Tōkyō Asahi Shimbun. Pour ses qualités, Hachikō reçoit le surnom de Chūken (« chien fidèle »).

Le 8 mars 1935, Hachikō meurt des suites d’une filariose dans une allée aux environs du pont Inari de la rivière de Shibuya. Ses restes sont empaillés et conservés au Musée national des Sciences. »

Les americains ont fait un film « hachi » avec Richard Gere en rapport avec cette histoire.

Sur cette photo on peut voir un homme payé pour tenir une pancarte publicitaire.

Mandarake paradis du geek, on y trouve des mangas, des figurines, des maquettes, des vieux jouets collector, neuf ou d’occasion.

Au Japon il y a des distributeurs de boissons à tous les coins de rues. Et avec la chaleur on en a bien besoin.

Elles sont mignonnes les petites idols.

« Les idols sont de jeunes artistes très médiatisés, à la fois chanteurs, acteurs, animateurs, modèles, sous contrat pour une durée limitée pendant quelques mois ou années. Elles sont produites en nombre au Japon depuis les années 1960 par une importante industrie du divertissement, la plupart d’entre elles n’accèdent pas à la célébrité ou à la richesse contrairement à ce que leur appellation pourrait laisser supposer. »

Voici la vitrine d’un restaurants, les plats ici les desserts y sont exposé sous forme plastique. C’est tout un art on dirait des vrais.

12 heures 10, nous avons tous faims, donc direction le restaurant super sympa à la japonaise. Pour mas part j’ai choisi des « nuggets » de poulet, trop bon avec un bol de riz blanc et de la soupe miso. Rémy a quand à lui pris un plat a base de porc pané. Nous avons plein de nourriture pour seulement 880 yens par personne.

Après le repas Tomoe nous proposes d ‘allé à HARAJUKU voir les cosplays. Nous y allons à pied, elle nous explique pleins de trucs intéressants, les bons endroits, un peu d’histoire, etc.

Gymnase national de Yoyogi, par Kenzo Tange, à Yoyogi

A la limite du parc nous avons vue les Rock à billy. Ce sont des japonais avec la banane qui dansent sur des vieux tubes de rock. J’ai bien aimé c’est sympa à regarder.

Nous arrivons au parc MEIJI, donc direction le temple. Nous nous sommes purifiés avant d’entré, le rituel est simple. On prend de l’eau dans une sorte de louche avec un long manche, on ce mouille la main gauche, puis la droite ensuite on met de l’eau dans sa main gauche pour la mettre dans la bouche et le recracher ensuite. Au temple nous avons croisé une équipe de base-ball venue prier les divinités pour gagner le prochain match. Il y avait 3 énormes portiques vraiment très beau et le temple est vraiment magnifique. Les gens jettent des pièces dans des grandes boite en bois avant de taper 2 fois dans leurs mains pour appeler les divinités et ainsi faire des voeux. A la sortie il est aussi possible de déposer des plaquettes en bois où ont y inscrit un souhait ou un petit message.

Sur cette photo ce sont des cuvé de très bon saké.

Et la ce sont des vins offert par la France, décidément ça nous suit partout.

Ici il y a le troisième et dernier portique qui est juste avant le Temple MEIJI et ont peut aussi voir les joueurs de basse-ball.

Un peut d’histoire sur ce temple:

« Le Meiji-jingū (Meiji-jingū) signifiant « demeure impériale », aussi connu sous le nom de sanctuaire Meiji, est un sanctuaire shintoïste construit de 1912 à 1920, dans les règles du style Nagarezukuri, en plein cœur de Tōkyō, en bordure du quartier Harajuku. »

Ce sanctuaire est dédié aux âmes divines de l’Empereur Meiji (mort en 1912) et de sa femme, l’Impératrice Shōken (morte en 1914). En réalité, les deux époux reposent à Kyoto. Le temple a été détruit par les bombardements de 1945 et reconstruit en 1958. Il marque un trait d’union entre le Japon traditionnel et l’ouverture à la modernité. c’est le plus grand lieu de culte shintôïste du pays. Il est entouré d’une forêt artificielle, le parc Yoyogi, qui s’étend sur 700 000 m2 et compte près de 130 000 arbres de 365 espèces différentes, dons venant de tout le Japon lors de la construction du sanctuaire. »

Après cette belle journée, retour à l’hôtel vers 15 heures pour une bonne douche car la journée fût chaude et très humide. C’est tout les jours comme ça au Japon. Beaucoup de japonais ont une petite serviette éponge avec eux pour s’essuyer le visage. Nous avons pris l’option des petites lingette fraîches pour le visage.

Les photos qui suivent représentes la vue depuis notre chambre.

Maintenant voilà notre chambre.

Voici les toilettes magique avec les petits boutons et le jet d’eau pour rincer le fesses.

19 heure recherche d’un endroit pour manger, même si nous n’avons pas très faim. Après une petite recherche on fini par atterrir au Mc do, Rémy prend un truc à la crevette et moi au boeuf teriaki. Retour pas trop tard à l’hôtel car demain serra une dure journée.

Alors cette boisson gazeuse est faite à base de vinaigre de raisin et c’est pas vraiment bon, enfin moi j’aime pas vraiment.