Articles

Mardi 10 Aout 2010

Réveil à 7 heure aujourd'hui. Direction la gare pour le rendez-vous à 8 heures 30. Nous avons déjeuné au Starbucks et sommes allé à la gare rejoindre Tadashi.

 Direction une petite balade dans les environs de Kyoto voir les plus beau temple.

"Le Byōdō-in est un temple bouddhiste établi par Fujiwara no Yorimichi en 1052, dans la ville de Uji dans la préfecture de Kyōto au Japon.

Le bâtiment le plus célèbre est la salle du Phoenix ou salle Amida, dont la construction est achevée en 1053. Le propriétaire précédent, Minamoto no Tōru, utilisait le bâtiment comme résidence de campagne.

Les autres bâtiments rattachés au temple ont été détruits pendant la guerre civile en 1336. Le temple a notamment été le lieu de la première bataille d'Uji, en 1180, qui a démarré la guerre de Gempei.

Le Byōdō-in se compose d'un hall central flanqué de deux couloirs jumeaux et d'un couloir à l'arrière. Le hall central abrite une image du Bouddha Amida. Le toit de la salle est surmonté de 2 statues de fenghuang, appelés hōō en Japonais, d'où le nom de hōōdō (Salle du Phoenix).

Le bâtiment est entouré d'un jardin avec étang du type « Terre pure ».

La Salle du Phoenix apparaît sur les pièces de 10 Yens en raison de la longévité et de l'importance culturelle du temple. En décembre 1994, l'UNESCO a ajouté ce temple, ainsi que d'autres temples de la région de Kyōto sur sa liste du patrimoine mondial de l'humanité. La Salle du Phoenix, la statue d'Amida et plusieurs autres objets sont classés Trésors Nationaux.

Une réplique du temple à l'échelle 1/2 a été construite en 1968 dans la Vallée des Temples à Hawaii (Valley of the Temples Memorial Park d'Oahu).

On a pris le train pour allé voir une boutique de thé renommé qui existe depuis 16 générations, soit près de 500 ans. Le thé est cueilli à la mains, mais aujourd'hui des machines ont pris places dans l'élaboration de ce thé d'exception. Nous avons dégusté un thé froid et un thé chaud.Petite

Présentation du thé:

"Le Japon ne produit aujourd'hui plus que du thé vert, dans une vaste gamme de prix et de qualité. Les plantations se situent surtout sur les îles de Kyūshū et de Shikoku. Il y a quatre récoltes de thé, s'étalant de la mi-avril à fin septembre. La première (en avril-mai) est la plus recherchée, car réputée produire un thé plus raffiné et moins astringent que les suivantes."

Il y a le "Sencha" qui est le thé froid que nous avons bu.

"Sencha signifie thé grillé, bien que son processus de fabrication diffère de certains thés chinois véritablement grillés, comme le Long Jing. Le sencha est soumis à un bain de vapeur de 15 à 45 secondes pour arrêter l'oxydation. Puis les feuilles sont roulées et séchées.

Le goût résultant est plus vert que les thés chinois, presque un goût d'herbe ou d'algue. L'infusion est très verte et assez amère.

Le sencha est le thé le plus courant au Japon. Il peut être bu froid durant l'été."

Le "Genmaicha" thé chaud super bon.


Le genmaicha « thé de riz brun » est un thé vert japonais mélangé à des grains de riz grillés. Certains grains de riz grillés peuvent éclater et ressembler à du pop-corn. C’est la raison pour laquelle le genmaicha est parfois appelé familièrement « thé pop-corn ». Ce thé était à l'origine bu par les Japonais pauvres, le riz servant à diminuer la part de thé dans le mélange et à en réduire le prix ; aujourd'hui, il est bu à tous les échelons de la société. Ce thé à une teinte jaune clair. Son goût est doux et agréable, combinant le goût d'herbe fraîche du thé vert avec la saveur de noisette du riz soufflé.

Le genmaicha est également vendu avec du matcha (thé vert en poudre) ajouté à celui-ci. Ce produit est appelé matcha-iri genmaicha (littéralement genmaicha avec du thé en poudre). Le matcha-iri genmaicha a un goût similaire au genmaicha mais sa saveur est souvent plus forte et sa couleur plus verte."

Nous avons fait quelques petits achats, une boite de bonbons macha/chocolat, 200 grammes de thé genmaicha et une théière.

Ensuite nous avons pris le train jusqu'à Nara et direction restaurant pour un buffet à volonté! Il y avait du fanta melon (miam), de la soupe miso, un plat et un dessert trop bon.

"Nara est une ville du Japon, capitale de la préfecture du même nom située dans la région du Kansai, proche de Kyōto. Elle fut la capitale du Japon entre 710 et 784 et les monuments historiques de l'ancienne ville ont été inscrits au patrimoine mondial de l'humanité en 1998.

Nara fut pendant le VIIIe siècle la capitale du Japon, sous le nom de Heijō-kyō (ou Heizei-kyō), depuis sa fondation en 710 (lors de l'accès au trône de l'impératrice Gemmei), jusqu'en 784, c'est-à-dire durant l'époque de Nara.

Elle représenta la première véritable capitale fixe du pays. Avant 710, les capitales se déplaçaient de royaume en royaume. En effet, selon les anciennes conceptions du shintoïsme, la mort constituait l'impureté la plus grave. Lorsqu'il s'agissait de la mort du souverain, alors l'impureté frappait la capitale ; il fallait donc détruire les palais et les reconstruire ailleurs. Au début du VIIIe siècle, on comprit qu'il fallait créer un centre plus durable pour le gouvernement et l'administration de l'État.

Selon son plan originel, la ville mesurait 2 km sur 4,3 km. Une très large avenue coupait l'agglomération en deux et menait tout droit aux palais impériaux. Ce plan semble être inspiré de celui de la ville de Xi'an, la capitale chinoise de l'époque. La ville de Nara aurait aussi été conçu par des immigrants du royaume de Paekche.

À droite et à gauche, des palais devaient figurer deux temples bouddhistes de grandes dimensions: le Tōdai-ji et le Saidai-ji (le « grand temple du Levant et le grand temple du Couchant »). On ne construisit en fait que le Tôdai-ji, qui, plusieurs fois reconstruit et de dimensions plus réduites, existe encore aujourd'hui au milieu du Parc de Nara.

Après la fin de l'époque de Nara, la ville fut renommée Nanto (« Capitale du sud ») et perdit de son importance. Elle eut à subir de nombreuses destructions pendant les diverses guerres civiles, et fut incendiée par les Taira en 1180 au terme du siège de Nara, au cours de la guerre de Gempei.

En raison de ses nombreux temples et bâtiments, Nara est une destination touristique majeure. De nombreux cerfs sika errent en liberté dans la ville en quémandant de la nourriture aux touristes, en particulier dans le parc de Nara, au cœur de la ville. Ce parc, qui existe depuis 1880, s'étend sur 502 hectares.

Nara abrite le second hôtel de style occidental le plus vieux du Japon. Le Nara Hotel, construit en bois et ouvert en 1909, accueille les membres de la famille impériale lorsqu'ils viennent à Nara. Le musée de Nara présente une collection permanente d'art ancien japonais et chinois, ainsi que des collections temporaires présentant des cérémonies traditionnelles japonaises."

Après avoir bien mangé, nous sommes partis en bus navette jusqu'au Temple Todai-ji.


"Le Tōdai-ji , son nom complet étant Kegonshū daihonzan Tōdaiji , est un ensemble de temples bouddhistes situé à Nara, au Japon. Construit tel un « quartier général » d'un réseau de temples à travers les diverses provinces, le Tōdai-ji est le plus ambitieux complexe religieux érigé pendant les premiers siècles de culte bouddhiste au Japon

Dans l'enceinte du temple se trouve la plus grande construction en bois au monde, le Daibutsuden (Salle du Bouddha), qui abrite une statue géante du Bouddha Vairocana appelée daibutsu ( Le bâtiment, d'une largeur de 8 rangées de piliers (soit 57 m), est toutefois aux deux-tiers plus petit que le temple originel qui en comprenait 12.

Réalisé entre 745 et 752, ce temple est selon la légende le résultat de la collaboration de 2 600 000 personnes. Ce chiffre paraît néanmoins exagéré, représentant presque la moitié de la population du Japon à l'époque. Les paupières du Bouddha sont symboliquement ouvertes le 3 décembre 752 par l'empereur Shōmu lui-même, qui lui « insuffla la vie » en lui peignant les pupilles.

De nombreux bâtiments secondaires ont été groupés tout autour du Daibutsuden sur le flanc de coteau légèrement incliné du mont Wakakusa. Parmi eux, le Kaidanin (salle d'ordination), le Shōsō-in, ancien grenier qui fut transformé en entrepôt d'objets d'art du Japon et d'Asie dès le VIIIe siècle et, au nord-est, le Hokke-dō, actuellement musée de sculptures.

Le temple fait partie depuis 1998 des « monuments historiques de l'ancienne Nara » inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO."

A Nara, le daim est un animal sacré, alors il y vie en pleine liberté. Nous avons beaucoup marché pour arriver devant le Daibutsuden, la plus grande construction en bois du monde.

Daibutsuden

Bouddha Vairocana appelée daibutsu

Dans Le bâtiment il y a une énorme statue en bronze, "le Daibutsu".

"Le Daibustu est l'un des plus grands bouddhas assis au monde, est en bronze par endroits recouvert de feuillets d'or. Les cheveux se constituent de 966 balles de dix-huit centimètres de diamètre pour une hauteur de trente centimètres. Un trou dans un pilier du bâtiment permet de réaliser l'immensité de la sculpture. En effet, ce trou, à travers lequel les enfants, et parfois des adultes, s'amusent à passer, est de la même dimension qu'une narine du Bouddha.

Dimensions de la statue du Bouddha :

  • hauteur totale : 18 mètres
  • hauteur assis : 14,98 mètres
  • visage : 5,33 mètres
  • yeux : 1,02 mètre
  • narines : 0,5 mètre
  • oreilles : 2,54 mètres"

Première version du Daibutsuden

Seconde version du Daibutsuden

Troisième version du Daibutsuden

Pour le punir de ses mauvaises action on l'a punit et maintenant, il doit racheter ses fautes pour trouver le repos éternel.

Il ne faisait pas très beau ce jour là, la température était bonne mais voilà la pluie comme chez nous. Ensuite nous avons repris le bus jusqu'à la gare pour retourné à Kyoto.

Nous sommes partie faire une halte dans notre chambre et nous sommes repartie faire un petit tour jusqu'au restaurant pas très loin. Encore un super bon repas avec plein de choses pour pas chère.